Un groupe de défense des droits civiques exhorte le gouvernement tchèque à agir sur la stérilisation des Tsiganes

Les groupes de défense des droits civiques reprochent au gouvernement tchèque de ne pas avoir donné suite à un rapport accablant Le rapport, publié par l’ombudsman tchèque, Otakar Motejl, il y a deux mois, indique qu’au moins 50 femmes tchèques ont été illégalement stérilisées entre 1973 et 2004 et devraient recevoir une compensation financière (BMJ 2006; 332: 138, 21 janv). Le rapport est arrivé après une enquête d’un an sur les plaintes déposées par 87 femmes, pour la plupart tsiganes, selon lesquelles elles avaient été contraintes à être stérilisées. Dans ses conclusions, l’ombudsman a déclaré que sous le régime communiste, les travailleurs sociaux offraient souvent un paiement unique équivalant à quatre fois le salaire mensuel moyen pour persuader les femmes gitanes d’avoir plus d’enfants.Même après le changement de la loi en 1991, peu après la fin Selon le Dr Motejl, quatre groupes de défense des droits civiques ont critiqué le manque d’action du gouvernement tchèque et ont appelé à des excuses publiques. de la législation établissant les critères pour le consentement éclairé à la stérilisation et l’indemnisation des personnes affectées. Ils veulent aussi que le gouvernement finance l’insémination artificielle pour les femmes qui ont été forcées d’accepter d’être stérilisées, si elles le demandent.Gendendine Albert, directeur de l’organisation tchèque la Ligue des droits de l’homme, a déclaré: «Il est scandaleux que les femmes ont été contraints à la stérilisation si récemment. Le gouvernement n’a pas pris cette affaire au sérieux et n’a mis en œuvre aucune des mesures proposées par l’ombudsman. Les femmes de la République tchèque vivent avec le risque que cela se reproduise à tout moment. ” Elle a ajouté: “ Les médecins de la République tchèque ont pris des décisions en ce qui concerne le meilleur intérêt du patient, mais Les groupes demandent au gouvernement d’accorder à chaque femme touchée un million de couronnes (£ 24   000; € 35   000; 42 $ & ” En novembre dernier, Helena Ferencikova, une mère de deux enfants de 19 ans, qui avait été stérilisée en 2001 après avoir donné naissance à son deuxième fils, avait logé avec succès la première action civile contre l’hôpital Vitkovice Blahoslavene Marie Antoniny à Ostrava. Le tribunal régional a statué que l’hôpital avait illégalement mené l’opération et lui a ordonné de présenter des excuses écrites, mais il a rejeté la demande de Mme Ferencikova pour des dommages d’un million de couronnes. L’avocate de Ferencikova, Michaela Tomisova, a déclaré croyait que les cas étaient juste le t Il a dit, “ Il pourrait y avoir des centaines d’autres cas, mais beaucoup de femmes tsiganes ont trop peur ou honte de se manifester. Beaucoup n’ont même pas raconté à leurs familles ce qui s’est passé. ” L’hôpital fait appel contre la décision du tribunal.Une porte-parole de l’hôpital, Simona Souckova, a dit, “ Les médecins ont exécuté cette procédure dans l’intérêt du patiente, dont la santé aurait été sérieusement menacée si elle avait eu une autre césarienne. La stérilisation était offerte en standard à toutes les femmes ayant subi une deuxième césarienne, mais elle n’a pas été réalisée sans leur consentement. ”

Tu peux Aussi comme