Médicaments contre le cancer du sein à usage préventif

Presque tous les journaux et leurs sites Web sont en tête de la nouvelle que l’Institut national pour la santé et l’excellence clinique (NICE) a publié un projet de lignes directrices recommandant que les femmes présentant un risque élevé de cancer du sein familial soient traitées préventivement.

Les nouvelles sont basées sur les directives provisoires publiées par NICE pour le soin des femmes à risque de développer le cancer du sein qui fonctionne dans les familles (cancer du sein familial).

Le nouveau projet de lignes directrices actualise les lignes directrices de 2006 et inclut de nouvelles recommandations sur les tests génétiques et la surveillance de la maladie.

De nouvelles propositions sont également incluses pour l’utilisation de thérapies préventives pour les personnes qui n’ont pas de cancer du sein, mais qui sont considérées à haut risque de développer la maladie en raison de forts antécédents familiaux de cancer du sein ou de l’ovaire et d’autres cancers spécifiques .

La recommandation qui attire le plus l’attention des médias est que les femmes ayant un risque élevé de développer un cancer du sein familial reçoivent des traitements médicamenteux tels que le tamoxifène pour réduire leur risque de développer la maladie. Ce serait la première fois au Royaume-Uni qu’une approche de traitement préventif non chirurgical serait utilisée pour s’attaquer au cancer du sein familial plaies.

Cependant, les lignes directrices en sont encore aux premiers stades du processus de consultation, qui se déroule entre janvier 2013 et février 2013. Les recommandations peuvent subir des modifications avant la publication finale, qui est prévue pour juin 2013.

Qu’est-ce que le cancer du sein familial?

Le cancer du sein est le cancer le plus courant chez les femmes au Royaume-Uni, affectant une femme sur huit âgée de plus de 50 ans. Le cancer du sein se produit généralement chez les personnes atteintes d’un cancer du sein ou de l’ovaire. peu d’autres cancers ou modèles de cancer spécifiques. Il est également connu comme le cancer du sein héréditaire.

Mais même si une personne a un ou plusieurs membres de la famille qui ont ou ont eu un cancer du sein, cela ne signifie pas nécessairement que le cancer du sein existe dans leur famille. Comme le cancer du sein est commun, plus d’une femme dans une famille peut le développer par hasard. NICE estime que moins de 1% des femmes sont à risque élevé de développer un cancer du sein familial.

Lorsque le cancer du sein sévit dans la famille, il peut être causé par une anomalie de l’un des gènes connus pour être liés au cancer du sein, tels que les gènes BRCA1, BRCA2, TP53 ou PTEN.

En raison des différences dans le risque de développer un cancer du sein, les personnes dont les antécédents familiaux suggèrent un cancer du sein familial peuvent nécessiter une prise en charge différente pour les personnes sans antécédents familiaux.

Quelles sont les nouvelles recommandations de NICE sur le cancer du sein familial?

Les nouvelles lignes directrices de NICE incluent des recommandations pour les femmes sans cancer du sein, mais qui sont considérées à haut risque de cancer du sein familial.

Ceux-ci inclus:

l’offre d’une pharmacothérapie préventive (soit le tamoxifène soit le raloxifène) pendant cinq ans aux femmes ménopausées à haut risque de développer un cancer du sein, à moins qu’elles n’aient des antécédents de caillots sanguins ou de cancer de l’utérus – NICE recommande également d’offrir un tel traitement. thérapie préventive pour les femmes à risque modéré au cas par cas

dépistage annuel par mammographie chez les femmes âgées de 40 à 49 ans jugées à risque modéré de cancer du sein

dépistage mammographique annuel chez les femmes de 40 ans et plus considérées comme étant à risque élevé de cancer du sein

quels groupes de femmes devraient bénéficier d’une surveillance annuelle en IRM (imagerie par résonance magnétique) (selon l’âge et les mutations génétiques spécifiques)

Il fait également des recommandations pour les femmes qui ont déjà reçu un diagnostic de cancer du sein et qui ont des antécédents familiaux de cancer du sein ou de cancers connexes. Ceux-ci inclus:

suivi annuel par IRM pour toutes les femmes âgées de 30 à 49 ans ayant des antécédents personnels de cancer du sein et présentant un risque élevé de cancer dans l’autre sein, ou présentant une mutation génétique particulière

surveillance mammographique annuelle pour toutes les femmes âgées de 50 à 69 ans ayant des antécédents personnels de cancer du sein et présentant un risque élevé de développer un cancer dans l’autre sein ou présentant une anomalie génétique particulière

Des recommandations sur le moment où les tests génétiques devraient être offerts sont également décrites dans le nouveau projet de directives.

Sur quelle preuve ces recommandations reposent-elles?

Les recommandations de NICE sont basées sur les meilleures preuves disponibles et le consensus d’un groupe d’experts. Ils sont développés en utilisant des méthodes transparentes et reconnues.

Le groupe d’élaboration des lignes directrices a formulé des recommandations fondées sur les avantages et les inconvénients des interventions tout en tenant compte de la qualité des preuves sous-jacentes. Ils disent que tout au long du document, le libellé a été choisi pour refléter la force de leurs recommandations.

Quels médicaments sont proposés pour prévenir le cancer du sein familial chez les personnes à haut risque?

NICE propose actuellement que les femmes ménopausées considérées à haut risque de cancer du sein se voient proposer un traitement préventif par le tamoxifène (noms de marque Nolvadex, Istabul ou Valodex) et le raloxifène (nom de marque Evista). Ce conseil s’adresse aux femmes qui n’ont pas d’antécédents personnels de caillots sanguins ou de cancer de l’utérus.

Le projet de directives stipule qu’au moment de la rédaction de ce rapport (janvier 2013), aucun de ces médicaments ne dispose d’une licence britannique pour cet usage spécifique, de sorte que leur prescription dans ces situations serait «non indiquée sur l’étiquette». Ils signalent que cela est recommandé lorsqu’il existe «de bonnes preuves à l’appui de cette utilisation».

Ces médicaments ont-ils des effets secondaires et des problèmes de sécurité?

Tous les médicaments ont des effets secondaires potentiels, qui peuvent aller de légers à modérés à sévères. Les recommandations formulées dans le projet de lignes directrices ont souligné les circonstances dans lesquelles le tamoxifène et le raloxifène ne devraient pas être offerts ou envisagés.

Si ces médicaments sont recommandés dans la publication d’orientation finale, les effets secondaires potentiels devront être discutés avec le patient avant qu’ils ne soient prescrits, et toutes les personnes qui prennent les médicaments devront être surveillées pour tout effet secondaire.

Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés du tamoxifène, qui affectent plus d’une personne sur 10 prenant le médicament, sont:

pertes vaginales, démangeaisons ou saignements

bouffées de chaleur

Les effets secondaires les plus fréquemment rapportés de raloxifene sont:

crampes dans les jambes

bouffées de chaleur

symptômes pseudo-grippaux tels que douleurs articulaires et musculaires

Les effets secondaires des deux médicaments s’améliorent souvent avec le temps lorsque le corps s’habitue aux effets du médicament.

Quand cette directive est-elle susceptible d’entrer en vigueur?

Le NICE consulte sur ce projet de directives jusqu’en février 2013. Les lignes directrices finales seront publiées en juin 2013. Il est probable que les lignes directrices provisoires seront modifiées avant la publication finale.

Tu peux Aussi comme